Rencontres internationales 2011 en France

samedi 14 mai 2011 par Antoine

Les Rencontres Internationales de Jeunes sont un camp de jeunes anticapitalistes, organisé chaque année par les jeunes de la IVème Internationale (regroupement international d’organisations révolutionnaires, présent dans plus de 40 pays) et des organisations comme le NPA qui entretiennent des relations de solidarité politique avec la IVème Internationale.

C’est une semaine de rencontre entre militants, sympathisants et curieux de toute l’Europe et au-delà (Palestine, Mali, Venezuela, Mexique, États-Unis, Philippines, Bosnie...). Des débats, des commissions, des meetings, des formations, des fêtes ont lieu tous les jours. C’est aussi une semaine où l’on tente de pratiquer nos idées : lutte contre les préjugés sexistes, racistes, homophobes..., partage des richesses (une monnaie interne permet de combattre les inégalités entre pays), autogestion (ce sont tous les participants qui prennent en charge collectivement le nettoyage, la bouffe, l’organisation, le bar...).

Les RIJ ont lieu durant la dernière semaine du mois de juillet, du 24 au 30 juillet. Cette année les RIJ ont lieu en France.

Le camp coûte 135 euros et les transports collectifs couteront environ 115 euros également ce qui fait un total de 250 euros pour chaque participant souhaitant prendre les transports collectifs. Pour commencer il est impératif que chaque personne souhaitant participer verse 20 euros d’arrhes pour l’inscription. Le reste du paiement doit également s’effectuer le plus vite possible mais ce sont les arrhes qui permettent d’avoir des inscriptions sures et certaines.

Pour les paiements par chèques, les chèques sont à adresser à l’ordre de l’APEIJ et à envoyer à NPA Jeunes, 2 rue Richard Lenoir, 93100 Montreuil avec la mention RIJ 2010.

Pourquoi le camp coûte 135 euros ?

Le prix du camp peut sembler relativement élevé. Mais en réalité, ce n’est pas vraiment le cas. En effet, le prix du camp pour chaque participant inclut la location du camping ainsi que la bouffe pour toute la semaine mais aussi la traduction des débats.

Ce qui coûte le plus cher, c’est le matériel de traduction. Le prix du camp inclut la location du matériel de traduction permettant la traduction simultanée en une demi-douzaine de langues pendant les séances plénières du camp. Cela coûte cher mais c’est ce qui garantit l’aspect international du camp.

Comment faire baisser le prix du camp ?

Les questions financières ne doivent pas être un obstacle insurmontable pour venir. Le meilleur moyen de surmonter les difficultés financières est de s’organiser collectivement.

La première chose à faire est de solliciter les fédérations du NPA pour qu’elles donnent des subventions pour aider à la participation aux RIJ des camarades jeunes des différentes sections. Pour être convaincants, la meilleure chose à faire est d’établir une liste des camarades qui souhaitent participer et des différentes difficultés financières rencontrées. C’est ce qui permet aux fédérations du Parti d’avoir une vision de la réalité des difficultés et de l’importance d’aider à les surmonter.

Pour faire baisser le prix, outre les fédérations du Parti, il faut taxer toute la terre : famille, copains, camarades, ou sympathisants qui ne peuvent pas venir mais veulent faire un geste de solidarité. La première cible, c’est les militants du NPA car ils sont souvent d’accord pour soutenir le principal rassemblement de jeunes anticapitalistes.

Des ventes de gâteaux et autres peuvent être organisées à l’occasion de la fête de la musique, lors de concerts ou même lors de l’activité régulière dans l’année...

Aspects pratiques

Ce qu’il faut amener : Tente, duvet, tapis de sol. Panoplie de camping : gamelle, couverts, gourde, gobelet, lampe de poche… Chapeaux, casquettes, lunettes de soleil et crème solaire (il peut faire très chaud).

Au camp, il faut également ramener un peu d’argent pour sur place :
- Le matériel politique des autres délégations est vendu en euros ;
- Les cigarettes (s’il y en a) sont vendues en euros ;
- Les friandises, boissons et produits vendus au bar le sont dans la monnaie du camp (qui corrige les inégalités de pouvoir d’achat et que l’on peut se procurer à la banque du camp en échange des euros).

Comment y aller ?

Le meilleur moyen de faire baisser le prix global du camp et de pouvoir s’y rendre dans les meilleures conditions est d’organiser des transports collectifs. Des cars au départ de Paris seront mis en place. Pour la partie Nord de la France, il faut étudier sérieusement la possibilité de venir à Paris. C’est cela qui permet de faire baisser au maximum les coûts pour l’ensemble des participants (parisiens comme provinciaux). Pour le Sud de la France, l’organisation des transports collectifs se fera également pour permettre à chacun de se rendre au camp. Des co-voiturages, locations de minibus etc. peuvent se mettre en place. Mais pour pouvoir les organiser au mieux, il est indispensable que l’ensemble des villes, y compris celles proches du lieu du camp, centralisent leurs moyens de transports prévus, le nombre de gens à transporter etc. C’est le seul moyen de garantir que tout le monde puisse ne pas être laissé sur le bord de la route d’où qu’il soit !


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 202700

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Rencontres internationales   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License