Topo " Identités de genre "

dimanche 7 août 2011 par Secrétariat jeunes NPA

Le sexisme comme la LGBTI phobie sont des oppressions qui ont la même racine, le patriarcat.

DIVISION SEXUELLE DU TRAVAIL : NATURALISATION DU FEMININ ET DU MASCULIN

Le patriarcat est le système de domination des hommes sur les femmes qui s’est développé autour de la division sexuelle du travail et du contrôle de la reproduction. A un moment, on a cherché a non plus survivre mais à prévoir, stocker les produits. Pour optimiser la production et les récoltes, on a donc procédé à une répartition des tâches. On a choisi de les répartir selon le rôle de chacun dans la reproduction : les individus qui accouchent ne feront pas les mêmes tâches que les autres. Ainsi, on peut également optimiser la reproduction de la force de travail.

Les individus accouchant étaient donc mis à l’écart de la production durant une période pour se consacrer à la reproduction. De ce fait, les femmes furent progressivement dépossédées du contrôle de la production et des armes, donc du pouvoir politique.

Au fur et à mesure du temps, ces différences sociales ont été légitimées par tout un tas de justifications soit disant biologiques. Les hommes et les femmes seraient complémentaires. Ce serait dans le caractère des femmes d’être plus douces, plus discrètes, plus gracieuses, plus fragiles… Et a contrario les hommes seraient plus forts, plus brutaux, plus conquérants. Les femmes ont la capacité de donner la vie et sont maternelles. Les hommes sont résistants pour travailler et protéger leur famille.

Le patriarcat s’appuie sur la division sexuelle du travail mais aussi sur l’institution qu’est la famille. Dans L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’Etat, Engels constate que la famille nucléaire avec le mariage conjugal hétéro est loin d’être la seule forme de famille existante. Mais dans nos sociétés capitalistes modernes, des tabous ont été mis en place : sur l’homosexualité, l’inceste, la polygamie…

Pourquoi ? Parce qu’une petite frange de la population gère la production et la vie sociale mais ne produit plus. Cette classe émergente légitime son pouvoir du fait qu’elle entretient et protège les producteurs qui sont sur ses terres. Mais en incitant les producteurs à former des familles nucléaires, elle n’a plus qu’à les protéger puisque la partie entretient est désormais assurée par les femmes dans chaque foyer. Le coût de cet entretient est donc économisé pour la classe possédante. La femme est outil de reproduction biologique mais aussi reproduction de la force de travail au quotidien.

Les hommes qui se constituent un capital peuvent transmettre leur héritage via les enfants du foyer et deviennent chef de famille. Ce modèle de famille nucléaire se développe au début dans les couches supérieures avant de rayonner.

COMMENT LE CAPITALISME SE SERT DU SEXISME

Le développement du capitalisme a fait que les capitalistes eux-mêmes se sont décidés à avoir recours aux femmes dans la production car ils avaient besoin de main d’œuvre. Seulement, ils firent en sorte que les conditions dans lesquelles elles travaillent et leur salaire ne leur permettent pas de s’émanciper ou de former une classe consciente de son unité avec les hommes.

Le capitalisme se sert du patriarcat pour diviser la classe des travailleurs car quand une partie des travailleurs a un salaire et des conditions de travail plus faibles (que ce soit les femmes, les immigrés ou autre), ce sont les salaires et les conditions de travail de l’ensemble des travailleurs qui sont tirés vers le bas.

Mais ce dont le capitalisme a le plus besoin dans le patriarcat c’est l’optimisation de la reproduction de la force de travail. La domination se traduit notamment au niveau sexuel : la femme est faite pour le désir de l’homme. Il y a une injonction à la reproduction : cet objectif apparait comme central, ce qui explique l’hétérosexualité imposée comme norme et institutionnalisée par le mariage. L’hétérosexualité n’est pas un phénomène naturel, mais le produit d’une construction sociale visant à remplir les exigences reproductives. C’est pourquoi la pénétration vaginale est la pratique sexuelle mise sur un piédestal. L’éducation différenciée

Chacun doit rester dans le rôle que la société lui a attribué, ce dès sa naissance. Selon ce que le médecin a déclaré, les parents projettent un futur différent. Les jouets offerts sont différents, on pousse les petites filles à jouer avec d’autres petites filles. On fait plutôt faire les tâches en intérieur aux filles (laver la vaisselle, s’occuper des plus jeunes…) et les tâches en extérieur aux garçons (tondre la pelouse par exemple). On fait en sorte que les filles apprennent à anticiper les besoins de leur entourage

Pour cela, différentes institutions nous font intérioriser ces rôles : la famille, l’école, la religion, progressivement remplacée par la médecine, les media.

CONSEQUENCES SUR LES LGBTI

Les LGBTI sont donc déviants de la norme et sont invisibilisés et réprimés.

REMISE EN CAUSE DU SYSTEME

Les homosexuels gênent le besoin capitaliste d’optimisation de la reproduction. On le voit bien dans les arguments qui reviennent souvent.

Les homosexuels dérangent aussi parce qu’ils remettent en question la soit disant complémentarité des sexes.

Les gays trahissent le camp des hommes et sont donc rabaissés au statut du faible, à celui de la femme. On les méprise en les pensant efféminés. On les corrige parce qu’ils déshonorent le sexe fort. Tout comme les trans M to F.

Les lesbiennes sont corrigées car elles prétendent faire comme les hommes au lieu de rester à leur place, celle de soumises. Les trans F to M sont traités de la même façon.

Les bisexuels dérangent d’autant plus qu’ils ne correspondent ni au schéma binaire d’un homme avec une femme, ni au schéma binaire des hétéros d’un côté et des homos de l’autre. Ils rendent flou la frontière entre les individus considérés comme normaux et ceux considérés comme déviants. On a tendance à les considérer comme ayant une sexualité débordante car ils menacent la nécessaire stabilité du modèle conjugal du mariage hétéro indissoluble.

Les trans remettent en question la binarisation des genres en démontrant que le passage entre les deux genres est fluide et même qu’on peut être entre les deux, avoir un physique et un comportement ‘androgyne’, avoir un physique masculin et un comportement considéré comme féminin…

Les intersexes remettent en question la répartition systématique des individus dans les catégories homme et femme. Il n’y a pas d’un côté les hommes et de l’autre les femmes mais un continuum de nuances et de combinaisons : un vagin, des hormones mâles et des chromosomes masculins/ un pénis, des hormones mâles et des chromosomes féminins…

OPPRESSION

Par les violences verbales et physiques, à l’école, dans le travail, dans la rue. Les LGBT sont souvent rejetés très tôt par leur famille ou fuient les maltraitances qui suivent le coming out. Ils se retrouvent donc dans une grande précarité. On trouve d’ailleurs de nombreux jeunes homos et beaucoup de trans qui n’ont pas d’autres choix que de se prostituer.

L’invisibilisation conduit à ne pas traiter les problèmes tels que les maladies sexuellement transmissibles qui se développent dangereusement chez les lesbiennes. Les moyens de protection sont peu pratiques et presque introuvables. On ne traite pas non plus des violences au sein des couples de lesbiennes, qui existent bel et bien. La négation de l’existence des intersexes conduit à la mutilation de ceux-ci dès leur naissance lorsqu’ils n’ont pas un organe génital qui soit clairement un pénis ou clairement un vagin. Lors de l’intervention chirurgicale, la pénétration est le seul critère d’un vagin réussi.

ADAPTATION DU CAPITALISME

Il y a des tentatives d’intégration dans le système mais un maintien des différences de genre et des cadres normatifs ; avec toujours une possibilité de retour à l’ordre moral, d’offensive réactionnaire. Rien n’est jamais définitivement acquis dans le capitalisme (cela vaut pour tous les acquis sociaux : droit du travail comme libertés démocratiques).

NOS TACHES

Soutenir et pousser à l’émancipation des femmes car si la femme est un construit, l’oppression elle est bien réelle.

Ne pas se cantonner à une lutte pour préserver ou gagner des droits : là où égalité des droits existe, famille, normes et oppression n’ont pas disparu.

Faire un travail syndical ou para syndical pour mener des batailles concrètes et pas seulement idéologiques : exemples (crèche sur la fac, foyers d’accueil pour jeunes LGBTI financés par l’Etat sous contrôle des associations et des jeunes…).


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 192578

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Rencontres internationales  Suivre la vie du site 2011 - France   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License