Declaration de Bakaiku

dimanche 16 septembre 2007 par Antoine

Nous, étudiantes et étudiants provenant de différents lieux de l’Europe nous sommes réunis à Bakaiku dans le Forum Européen d’Étudiants ; un forum organisé après la rencontre effectuée à Madrid.

Nous, étudiantes et étudiants avec diverses réalités nous sommes retrouvés à Bakaiku, une petite localité, loin des centres de pouvoir, car nous croyons dans la construction depuis et vers le bas ; nous croyons au fait que beaucoup de petits sont plus forts qu’un grand.

L’Espace Européen d’Éducation Supérieure a été conçu par et subordonné aux intérêts marchands de corporations multinationales, lesquelles ont de manière décisive influencé la promotion d’une réforme de l’Éducation Supérieure à leur mesure : élitisation, mercantalisation et privatisation. L’Europe qui est sous-jacente au Processus de Bologne est l’Europe soumise à des organisations supranationales comme l’OMC et son AGCS, l’OCDE, l’Union Européenne et la Banque Mondiale et ses Directive Bolkenstein et Stratégie de Lisbonne.

Nous unit, par conséquent, la résistance devant l’imposition de l’Europe du capital et du patriarcat, antidémocratique et néo-libérale. Nous comprenons le processus de Convergence Européenne comme une offensive capitaliste et néo-libérale qui suppose une agression des droits des étudiantes et étudiantes et des communautés dans lesquelles ils et elles s’inscrivent, principalement le droit à l’éducation. L’université de la Convergence Européenne est une usine de travailleu-r-se-s non-qualifiés, et sans droits, adaptables à un marché chaotique et complètement détaché des nécessités sociales au bénéfice des intérêts privés. Comme outils subordonnés aux organismes supranationaux, les états sont ceux chargées de matérialiser cette réforme qui transforme droits de citoyenneté en espaces d’affaire ; services publics soumis à des critères de rentabilité sociale en agences soumises à des critères de rentabilité marchande pour les intérêts privés. A une autre étape, c’est dans chaque université et faculté où se concrétise cette réforme, que cette attaque doit être contrée et repoussée.

Nous déclarons que

L’éducation doit être à la portée, au service et entre les mains de toute la population.

C’est pour cela que nous nous opposons aux processus de privatisation et de mercantilisation depuis les prémisses de l’éducation comme droit universel. Nous rejetons par conséquent toutes les mesures qui supposent une élitisation de celle-ci. L’université dont nous avons besoin est une université publique, démocratique et populaire.

* Publique car elle doit être un espace ouvert à tou-te-s qui doit être financé par ce qui est commun et pour ce qui est commun, et par conséquent, exempt de barrières.

* Démocratique car nous croyons en une Université où les décisions sont prises de manière horizontale et transparente. La société doit s’insérer dans le fonctionnement de l’Université et celle-ci doit répondre à ses nécessités.

* Populaire car elle doit être au service des gens et non des entreprises et de l’économie privée ; avec une fonction critique, transformatrice, non discriminatoire, incluse, émancipatrice, laïque et co-éducative. Nous avons besoin d’une éducation qui pave le chemin vers une société libre, juste, égalitaire et respectueuse de la Terre.

De la même manière, nous nous opposons à l’homogénéisation qui promeut le processus de Convergence Européenne : pour garantir le respect et le développement des diverses réalités et les identités, ainsi que du droit à la différence chaque peuple doit avoir le droit de constituer démocratiquement et en vue de son avance collective, son système éducatif propre, qui répond à ses nécessités sociales, culturelles et politiques.

Cette université pour cette société se heurte nécessairement à la précarisation généralisée des conditions matérielles de vie des étudiant-e-s. Faire face à la précarité est une condition nécessaire pour défendre le droit à des conditions d’étude dignes pour tous les étudiant-e-s, mettant au centre les capacités coopératives pour une Université utile pour la réalité sociale dans laquelle elle s’inscrit.

C’est pour cela que nous exigeons

L’ouverture d’un nécessaire débat vaste et ouvert entre toute la communauté universitaire et la société sur le modèle éducatif dont nous avons besoin. À son tour, la nécessaire paralysie immédiate des lois qui appliquent l’Espace Européen d’Éducation Supérieure, le retrait du Processus de Bologne et la dissolution des organismes non démocratiques, et leur substitution par d’autres démocratiques et horizontaux.

Pour rendre effectif le droit à l’éducation, nous considérons indispensable la suppression de toutes les barrières et filtres qui compliquent le libre exercice de ce dernier, que celles-ci soient économiques, administratives, académiques, culturelles ou de de toute autre forme. Nous soulignons l’urgence de mesures qui la garantissent. Affirmer les universités comme services publics, espaces de coopération et pensée critique, ainsi que rejeter la précarité, nous exigent l’expulsion des entreprises de l’université, et la démercantalisation de tous les services rendues par elles.

La Convergence Européenne peut être arrêtée, l’Europe des négociants ne peut apparaître que par la soumission et le silence. Ce ne sera pas la première fois que les puissants tombent sur la génération des phénomènes de contrepouvoir, ce ne sera pas la première réforme de l’université qui retourne aux dossiers des banquiers en lambeaux. L’articulation et l’organisation du mouvement étudiant est nécessaire.

Aucun droit n’a été jamais donné, aucune amélioration n’a été obtenue par les peuples sans combattre pour elle. La lutte est le seul chemin.

Bakaiku, Euskal Herria 26 mars 2006 Forum Européen d’Étudiants


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 191190

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nouvelles internationales  Suivre la vie du site Europe  Suivre la vie du site Forum social étudiant européen   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License