Présentation du camp 2001

Tous en Italie !

jeudi 1er mai 2008 par Antoine

Des dizaines de milliers de personnes se sont mobilisées à Seattle, à Millau, à Nice pour refuser la mondialisation telle qu’elle se fait aujourd’hui. Elles ont affirmé une volonté de démocratie, de transparence, de contrôle par les populations des décisions qui organisent notre vie. Elles ont remis en cause le fait qu’une minorité (dirigeants des multinationales, membres des institutions internationales…) prennent les décisions pour l’ensemble des populations. Et tout cela alors que des crises économiques se sont succédées ces derniers temps, alors que les profits explosent, on licencie par milliers les salariés, où les inégalités sont d’autant plus criantes que l’on est en période de « croissance économique ». Manifestement, ce n’est pas la croissance pour tout le monde, et c’est ce que nous affirmerons à Gênes le 21 juillet contre le sommet du G8.

Mais d’autre part, lutter contre la mondialisation, lutter contre des attaques libérales coordonnées au niveau international, c’est aussi lutter contre les licenciements dans toutes les entreprises et dans l’unité à la manifestation nationale du 9 juin. C’est lutter contre la précarité, comme l’on fait les travailleurs de chez McDo, Pizza Hut… C’est lutter contre les réformes libérales contre le service public d’éducation, comme l’on fait les étudiants de Metz, Montpellier… C’est lutter contre les politiques sécuritaires contre les immigrés mises en œuvre aux niveaux européen et français, en s’opposant aux mesures que veut prendre le G8 à Gênes.

Pour nous, militants révolutionnaires, lutter réellement contre la mondialisation capitaliste, c’est se battre contre le capitalisme lui-même, et donner des perspectives politiques aux luttes anti-mondialisation. Ces perspectives, ce sont celle d’un changement de société, du renversement de ce système pour construire une société socialiste. C’est aussi essayer de rassembler tous ceux qui luttent partiellement ou globalement contre ce système et ses conséquences, dans leurs organisations syndicales, leurs associations et leurs organisations politiques. Pour nous, un problème central est aussi la capacité à s’organiser à un niveau international, pour donner des réponses aux problèmes de société et organiser les luttes à une échelle internationale.

Pour les jeunes, toutes ces questions revêtent une importance particulière. D’une part parce que la jeunesse subit de plein fouet les conséquences du libéralisme et d’autre part parce qu’elle au premier plan dans les luttes et que c’est à elle qu’il revient de construire une société plus juste.

C’est pour cela que, comme chaque année, nous participeront aux Rencontres Internationales de Jeunes qui rassemblent plusieurs centaines de jeunes autour des organisations de jeunesses de la IVème Internationale d’Europe et au delà. Cette année, elles auront lieu en Italie, près de Rome, juste après la manifestation de Gênes, du 22 au 29 juillet. Ce sera une semaine de débats sur la mondialisation, sur les droits et les luttes des femmes, des homosexuelLEs, la lutte contre la précarité, pour l’éducation, contre le racisme, le fascisme, pour des garanties écologiques, etc. Ce sont plus de 500 jeunes qui vont assister à des forums, discuter dans des commissions, des assemblées et, bien sûr, au bar le soir ou pendant les fêtes. Car le camp est aussi un lieu de détente entre militants qui partagent des convictions semblables dans de nombreux pays, et échangent leurs expériences, leurs cultures…


Accueil du site | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 202839

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Rencontres internationales  Suivre la vie du site 1997-2006  Suivre la vie du site 2001 - Italie   ?    |    Les sites syndiqués OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 2.1.29 + AHUNTSIC

Creative Commons License